Cartefoi.net
Envoyer une carte virtuelle
Connaître Jésus
Devenir chrétien
Vie chrétienne
Vocation
Prière et célébration
Chapelles d`adoration
Compléments
Tribunes
Accueil > Vie de foi > Baptême > Parole > Réconciliation > Eucharistie > Confirmation > Alliance Plan
Rechercher
Télécharger
return true;

Faire alliance avec Dieu
Mariage,    Ordre,    Vie religieuse
Profession religieuse

Le Mariage

Selon le Guide canonique et pastoral au service des paroisses de l'AÉQ:

« Selon le plan de Dieu, le mariage est une communauté intime de vie entre un homme et une femme désireux de se compléter l'un l'autre, de s'aider à accomplir leur destinée et de transmettre la vie humaine. Cette communauté se fonde sur l'amour mutuel et s'établit sur le consentement personnel et l'engagement exclusif et irrévocable des fiancés.

L'amour entre le mari et la femme se porte sur le bien de la personne entière.
Il comprend:

- l'union des coeurs et des esprits

- le partage des joies et des souffrances, des inquiétudes et des espoirs

- la solidarité des destins, et il conduit les époux à un don mutuel d'eux-mêmes, à une union charnelle qui est propre au mariage et par laquelle se transmet le don même de la vie. Vivement ressenti au moment du mariage, l'amour conjugual est appelé à se développer et à s'approfondir tout au long de la vie.

Les enfants, sont le fruit de l'amour. Ils sont le don le plus excellent du mariage et de l'amour conjugal et ils contribuent grandement au bien des parents eux-mêmes. Les époux sont des coopérateurs de l'amour de Dieu qui, par eux, veut sans cesse répandre le don de la vie. [...] »



Dieu au coeur de notre vie de couple

Le sacrement du mariage est particulièrement intéressant pour comprendre l'aspect de tout sacrement qui nous révèle Dieu. Nous sommes souvent prompt à dire que le sacrement change la vie, mais peu enclin à y voir la présence de Dieu. Dans le sacrement du mariage, la présence de Dieu est manifeste à travers le couple, homme et femme qui se donnent l'un à l'autre à la manière même du Fils au Père et du Père au Fils. Voyons d'abord le mouvement éternel d'Amour (ou mouvement d'éternel Amour) qui source de toute vie.

L'éternel amour trinitaire

Nous ne saurions rien de la Trinité si Jésus ne nous l'avait révélée ou - du moins - ce que nous en aurions su aurait été spéculations humaines sur la Révélation partielle de l'Ancient Testament (Jésus étant LA Révélation).
"Et le Verbe était avec Dieu et le Verbe était Dieu."
Dès le début de l'Incarnation, l'Esprit couvrit Marie de son ombre.
"Et le Verbe s'est fait chair et Il a habité parmi nous."
Jésus entreprit sa mission dans l'humilité du baptême reçu par Jean. C'est alors que les cieux s'ouvrirent et que le Père se manifesta publiquement:
"Celui-ci est mon Fils bien-aimé, en lui j'ai mis tout mon Amour."
Or, nous savons que Dieu EST amour. Tout amour vient de Dieu et Dieu est source de tout amour.
Si donc le Père met tout son amour en son Fils, le Père se donne tout entier à son Fils.

Jésus, le Fils de Dieu, passa sa vie à annoncer et à rendre visible la merveille de Dieu. La Bonne Nouvelle qu'Il annonce et qu'Il Incarne est l'Amour de Dieu et la vie éternelle qui commence avec lui et par lui. Ayant pris la condition humaine, le Fils ne recula devant rien pour assumer l'humanité et la porter en offrande agréable à son Père. Il a vécu la souffrance de l'âme, du corps et de l'esprit. Quand vint le moment où il devait tout remettre entre le mains de son Père, il n'épargna rien.
Son esprit, son intelligence, il le remit entre les mains de son Père: "Père, si cette coupe peut passer loin de moi..., mais qu'il en soit selon ta volonté et non la mienne."
Son âme, le remit alors qu'il était sur la croix: "Père, tout est accompli; entre tes mains je remets mon esprit."
Ainsi aussi son corps: alors qu'il pouvait falloir jusqu'à 3-4 jours à un crucifié pour mourir, il ne fallut quelques heures à Jésus. On ne lui brisa pas les jambes, car il était déjà mort. Ceci est vrai parce que Jésus ne combatit pas la mort, il remit son corps entre les mains du Père sans opposer de résistance.
Ainsi, remettant son corps, son âme et son esprit au Père, Jésus se donne tout entier au Père.

Tout cet échange de soi-même à l'Autre se vit dans, par et à travers l'Esprit, dans, par et pour l'Amour. Ce mouvement éternel est celui-là même que nous appelons parfois "le souffle de l'Esprit", l'Amour qui met en mouvement, l'Amour qui déplace les montagnes. Ce mouvement d'Amour est fécond. Ce mouvement d'Amour est à la source même de la création de l'autre, la création du monde, la création de la Création. Ce mouvement éternel donne naissance à chaque instant de la Création, donne naissance à la Création toute entière (espace et temps), car Dieu est plus grand que ce qui est créé, Il est plus grand que ce qu'Il crée. Dieu est Amour et l'amour est fertile, fécond, l'Amour donne vie.

L'amour et la fécondité du couple

Ainsi, en quelque sorte, le dépassement de soi, le souci de l'autre, l'attention à l'autre et la recherche du mieux être pour l'autre que connaissent les amoureux prend sa source et son modèle à l'aulne de Dieu trinitaire. Dans un couple, aussi bien au plan spirituel, que charnel qu'intellectuel, le partage devrait être total. Le don de soi à l'autre devrait être inconditionnel et total. C'est peut-être au plan physique que cela peut être le plus difficile, car il est plutôt aisé de s'entendre sur des idées, des concepts et des règles de vie. Il est plus difficile de partager notre relation à Dieu, bien que la prière commune puisse faire converger les coeurs et les âmes de manières étonnante et étonnament bien. La société moderne fabule et brode beaucoup autour du thème de la fusion charnelle parce que c'est l'interdit infranchissable auquel elle se bute et se butera toujours. Néanmoins, dans certains instants brefs et furtifs où les corps peuvent se joindre aussi bien que les esprits et les âmes, nous sommes à même de voir, de façon brève et étonnante comment fonctionne la Trinité. C'est lorsque corps, âmes et esprits communient tous que la l'Amour se manifeste vraiment. Lorsqu'il n'y a qu'un élément, il ne s'agit pas d'acte amoureux, mais de fornication (corps seulement), viol (esprit seulement), illusion (âme seulement). Lorsque que les corps, les âmes et les esprits de l'homme et de la femme communient vraiment, il leur est donné de participer à la fécondité même de Dieu, de participer à sa création. De l'Amour véritable naît la vie. Le couple est alors pleinement image et ressemblance de Dieu, Lui qui est source de toute vie et de toute existence par et dans son mouvement éternel de don et contre-don du Père au Fils et du Fils au Père dans, avec et par l'Esprit.



Image de l'Alliaance

Le mariage offre encore une autre facette de la présence de Dieu dans notre monde: celle de l'Alliance. L'alliance que scellent les époux les lie de façon réciproque et sainte, chacun étant ordonné à l'autre chacun étant soumis à l'Amour de l'autre et dépendant de celui-ci. C'est la forme d'alliance que Dieu voulut conclure avec l'humanité. Lui, le Tout-Puissant, a choisi de nous laisser libres d'opter pour lui. Lui, le Tout-Puissant, a choisi d'attendre notre réponse affirmative pour faire une alliance. Lui, le Tout-autre, a opté pour une relation d'égal à égal avec nous alors que nous lui sommes redevables de tout et en tout. Ainsi aussi dans le sacrement du mariage, l'homme et la femme sont très différents. Dans leur différence, ils se complètent et s'accueillent, se reçoivent et s'entraident. Tous deux restent totalement libres, mais l'amour qui le lie est si fort que cette liberté se fait subordination de l'un à l'autre. De même aussi que Dieu nous attend, l'homme et la femme s'attendent et se cherchent, se découvrent petit à petit, comme l'humain découvre sans cesse l'infiniment Autre de l'Alliance. C'est un don réciproque, une entente de connaissance et de croissance où les deux partenaires s'engagent.



Un Amour dépossédé

De plus, cet amour que s'accordent les époux forme un couple au sein duquel se vit un amour dépossédé du couple, un amour totalement remis entre les mains de Dieu. Bien souvent, on entend la question à savoir pourquoi se marier à l'église alors que la vie de couple peut aussi conduire au don mutuel et à la procréation amoureuse. Le sacrement du mariage scelle un amour humain et le confie à Dieu. Ainsi, le couple ne se possède plus, mais se donne au Christ. Ce don du couple au Christ rappelle le don Père (Amour) à son Fils (Verbe incarné). Ce don du couple au Christ amorce le mouvement d'échange, de don et de contre-don entre le couple et le Christ, dans l'Esprit Saint, à l'image même de ce qui se fait dans la Trinité. Aussi, l'Esprit saint qui agit dans le couple se manifeste-t-il de façon unique dans le monde à travers ce duo qui est devenu témoin privilégié de Dieu. L'Esprit nourrit le couple et le Peuple de Dieu par cet échange indiscible.
Voir aussi Un amour désintéssé



La relation entre les sacrements de la Confirmation et du Mariage

Plusieurs se demandent s'il faut être confirmé(e) pour se marier. Voyons d'abord le sens des sacrements visés. La Confirmation est le sacrement par lequel Dieu vient combler d'Esprit saint la personne qui décide de lui faire une place privilégiée et centrale dans sa vie. Le Mariage est le sacrement par lequel Dieu entre dans la vie du couple d'une manière privilégiée pour s'y manifester aux membres du couple et au monde. Il est donc normal d'être confirmé avant le mariage, mais ce n'est pas légalement obligatoire. En effet, il est normal de vouloir mettre Dieu au coeur, au centre de sa vie de couple lorsqu'on a décidé de le mettre au coeur, au centre de sa vie personnelle. Il est possible de confier à Dieu notre vie de couple sans lui avoir initialement confié sa vie personnelle, mais c'est quelque peu incohérent. La vie du couple n'est certes pas l'abolition de la vie personnelle de chacun des époux. Au contraire, le mariage est l'accomplissement, la réalisation, l'épanouissement de chacund dans le partage de la vie donnée réciproquement (lire ci-haut). S'il est important de mettre Dieu au coeur de sa vie de couple, comment ne serait-il pas important de le mettre dans sa vie personnelle? Voici des schémas qui illustrent cela.

Lors du Baptême, chaque enfant de Dieu laisse son coeur être touché par l'Esprit Saint.


Vient ensuite un temps où l'Enfant de Dieu sent l'Esprit passer et décide de s'exposer ou non à ses bienfaits.
Par le sacrement de Confirmation, ceux qui se laissent toucher et péétrer par l'Esprit Saint de Dien en sont transformés, habités. Dieu agit EN eux.
La constitution du couple se fait dans la recherche du plus grand bien de chacun des futurs époux entre baptisés catholiques.
Le mariage vient consolider les liens entre les époux et comble d'Esprit saint, de Présence divine le couple.
Si tous deux sont confirmés, l'Amour de Dieu habite aussi bien l'un, l'autre que le couple.
Si un des époux n'a jamais opté pour Jésus-Christ, la liberté que nous accorde Dieu ne l'y forcera pas et Dieu se gardera d'habiter ce coeur malgré lui. Il y a ici une incohérence dans la relation qu'on entretient avec Dieu. La personne se prive d'un grand bien pour elle-même, de ce grand bien qu'elle reconnaît tel pour sa vie en couple.


Voir aussi: La Confirmation
Voir aussi: La vocation au mariage




Le sacrement de l'Ordre

« Par l'ordination, certains fidèles sont institués au nom du Christ et reçoivent le don de l'Esprit Saint pour être par la parole et la grâce de Dieu les pasteurs de l'Église.

En effet, «le Christ, que le Père a consacré et envoyé dans le monde (Jn 10, 36), a, par ses Apôtres, donné à leurs successeurs, c'est-à-dire aux évêques, participation à sa consécration et à sa mission. A leur tour, les évêques ont légitimement transmis à divers membres de l'Église, et suivant des degrés divers, la charge de leur ministère. C'est ainsi que le ministère ecclésiastique, institué par Dieu, est exercé dans la diversité des ordres par ceux que, déjà depuis l'Antiquité, on appelle évêques, prêtres et diacres »



Le diaconat

Selon le rituel d'ordination:

« C'est par l'imposition des mains, selon la tradition reçue des Aapôtres, que les diacres sont ordonnés pour remplir efficacement leur ministère par la grâce sacramentelle. C'est pourquoi l'ordre sacré du diaconat, despuis l'antique époque des Apôtres, est en grand honneur dans l'Église catholique.

« Fortifiés par la grâce du sacrement, les diacres sont au service du peuple de Dieu dans la diaconie de la liturgie, de la Parole et de la charité, en communion avec l'évêque et son presbyterium. Selon les dispositions prises par l'autorité qualifiée, il appartient au diacre d'administrer solennellement le baptême, de conserver et de distribuer l'eucharistie, d'assister, au nom de l'Église, au mariage et de le bénir, de porter le viatique aux mourants, de proclamer la Sainte Écriture au fidèles, d'instruire et d'exhorter le peuple, de présider au culte et à la prière des fidèles, d'être ministres des sacramentaux, de présider aux funérailles et à la sépulture. Consacrés aux offices de charité et d'administration, les diacres ont à se souvernir de l'avertissement de Polycarpe: "Être miséricordieux, zélés, marcher selon la vérité du Seigneur qui s'est fait le serviteur de tous."

« Ceux qui, devant l'Église, s'engagent librement dans le célibat sont consacrés au Christ d'une manière nouvelle.

« La fonction ecclésiale de louer Dieu et d'intercéder auprès du Christ et, par lui, auprès du Père, pour le salut du monde entier, est confiée aux diacres dans la célébratio de l'ordination. Ils acquièrent ce devoir en célébrant la liturgie des Heures pour tout le peuple de Dieu et aussi pour toute l'humanité.  »

« Aux diacres « on impose les mains non pas en vue du sacerdoce, mais en vue du service. La grâce sacramentelle, en effet, leur donne la force nécessaire pour servir le peuple de Dieu dans la diaconie de la liturgie, de la parole et de la charité, en communion avec l'évêque et son presbyterium.  »

Autre façon de dire (le diaconat):

Le sacrement de l'ordre diaconal consacre un homme à une fonction d'Église spécifique dans un milieu donné. Cette homme, avec le soutien de son épouse, a donc devoir de présenter un message particulier de l'Église un aspect spécifique du visage du Christ dans le monde. Certains seront diacres affectés au soin des pauvres, d'autres à la première annonce de l'Évangile, d'autres à l'accueil des réfugiés ou des genx aux pises avec la boisson ou les drogues. Les formes du diaconat sont infinies, elles se conjuguent et se créent au gré des besoin des communautés où la vocation à fleurie. Nous voyons là l'oeuvre de l'Esprit qui suscite la vocation dont une communauté chrétienne a besoin dans un temps donné. Quelle que forme que prenne le diaconat local, cela se traduira par un service concret et précis offert dans une communté donnée. Cet état de service sera signifié dans la liturgie par la présence du diacre aux temps où sont présentés les offrandes de la communautés ou encore au moment de l'envoi en mission dans le monde car il est lui-même l'image du missionnaire de l'Évangile dans une forme concrète. C'est à cela qu'il est ordonné, à l'Église servante du monde.

Voir aussi: Dossier dioconat



Le presbytérat

Selon le rituel d'ordination:

« Tout en n'ayant pas la charge suprême du pontificat et tout en dépendant des évêques dans l'exercice de leur pouvoir les prêtres leur sont cependant unis dans la dignité sacerdotale ; et, par la vertu du sacrement de l'Ordre, à l'image du Christ prêtre suprême et éternel, ils sont consacrés pour prêcher l'Évangile, pour être les pasteurs des fidèles et pour célébrer le culte divin en vrais prêtres du Nouveau Testament . »

Autre façon de dire (le presbytérat):

Le service presbytéral est à la fois service de présence et d'accompagnement, service de guidance et de présentation du visage du Christ. Pour une communauté locale, le prêtre a mission et devoir de présenter le visage du Seigneur, par sa vie, par son enseignement, par son écoute.

Voir aussi: Vocation sacerdotale



L'ordre épiscopal

Selon le rituel d'ordination:

Les évêques, « revêtus de la plénitude du sacrement de l'Ordre » par l'Esprit Saint qui leur a été donné dans l'ordination, « ont été constitués de vrais et authentiques maîtres de la foi, pontifes et pasteurs », et, comme tels, président au troupeau du Seigneur en la personne du Christ-Tête. »



Autre façon de dire (l'épiscopat):

à venir



La profession religieuse



Autre façon de dire (la profession religieuse):

à venir





Voir aussi: Vue générale sur la vie religieuse
Voir aussi: Dossier Vocation






Textes complémentaires:



Des réactions suite à cette réflexion?     Écrivez-nous.

Pour aller plus loin ... Avant le catéchuménat
Préparation au baptême
Vie chrétienne
Petits pas quotidens
Premier pas Dieu créateur
Présentation du chatéchuménat
Baptême
Deuxième pas Le mal dans le monde
Entrée en catéchuménat
Parole de Dieu
Troisième pas Jésus de Nazareth
La Parole de Dieu
Réconciliation
Quatrième pas Jésus Fils de Dieu
Appel décisif
Eucharistie
Cinquième pas Mon Dieu est mon ami
Les scrutins
La Confirmation
Sixième pas Jésus ressuscité
Le Credo
Faire alliance
Mariage, Ordre,
Profession religieuse
Septième pas Sauveur du Monde
Effétah
Toujours fidèle
- Onction et Funérailles -
Compléments
Besoin de discrétion?
Littérature proposée
Pourquoi ce site?
Réflexion précédente
Confirmation  
Réflexion suivante
Maladie/Mort